L’intrigue simple de Demon Slayer est sa plus grande force

L’une des critiques les plus courantes de l’anime Demon Slayer est que l’histoire est très simple. La famille de Tanjiro Kamado a été tuée par des démons et sa seule sœur survivante, Nezuko, s’est transformée en démon, qu’il jure de redevenir humaine. S’il est juste de dire que l’intrigue de Demon Slayer est assez simple, c’est en fait le point fort de la série. The Demon Slayer n’a jamais montré un intérêt excessif pour la construction du monde, car les règles et les enjeux de la série ont été établis à l’avance et sont restés les mêmes tout au long du manga, qui s’est terminé en mai 2020. Exploitant le manque de description étendue pour des révélations choquantes et des rebondissements qui changent la série, Demon Slayer passe le plus clair de son temps sur le principal atout de la série, les personnages.

Le but ultime de Demon Slayer: Kimetsu no Yaiba a été défini dans le tout premier chapitre du manga lorsque Giyu Tomioka a dit à Tanjiro que sa meilleure chance de transformer Nezuko d’un démon en un humain était de rejoindre le Demon Slayer Corps. Les chapitres suivants ont discuté en détail des spécificités de la respiration à concentration totale, des styles de respiration et du meurtre de démons, mais une fois les paramètres de ce nouveau monde définis, Demon Slayer n’a jamais regardé en arrière. En construisant tout le monde tôt et rapidement, la série s’est libérée pour passer la plupart de son temps à concevoir les personnages plutôt que le monde qui les entoure.

L'intrigue simple de Demon Slayer est sa plus grande force

Le deuxième chapitre du manga ne mentionne même pas le fait que les démons existent dans les sept premières pages. Au lieu de se précipiter pour construire le monde dans les premiers épisodes de la série, Tanjiro exige obstinément de payer pour les matériaux qu’il pourrait emprunter gratuitement, cajole Nezuko dans un panier, puis demande poliment des directions. Dès le début, il est clair que cette histoire concerne davantage les personnages que les forces extérieures. L’utilisation de plusieurs pages dans la scène comique de Tanjiro payant de force de la paille pour un panier alors qu’il pourrait tout aussi facilement récupérer le panier sur la page aide le public à apprécier Tanjiro plus que le voyage dans lequel il se trouve.

La simple prémisse de tuer des démons à la recherche d’un remède est mûre pour être répétée, et Demon Slayer a largement évité l’obsolescence grâce à un large éventail de personnages intéressants et convaincants. Après que la série ait réuni ses acteurs principaux, Tanjiro, Nezuko, Zenitsu et Inosuke, elle a présenté les neuf Hashiras du Demon Slayer Corps comme l’essentiel de la distribution de soutien de la série. Pour garder les missions de massacre de démons du gang fraîches, la série tourne judicieusement à travers différents Hashirs pour rejoindre les héros dans diverses missions. Même cette technique devrait finir par devenir obsolète, mais les Hashira sont des personnages charmants qui sont radicalement différents les uns des autres. La nouvelle Hashira rejoignant temporairement le groupe crée de nouvelles interactions de personnages à maintenir en vie et donne au public un nouveau personnage dans lequel investir.

L'intrigue simple de Demon Slayer est sa plus grande force

Demon Slayer passe sagement plus de temps sur qui sont ses personnages que sur ce qu’ils peuvent faire. Même Kyojuro Rengoku, qui a passé la plupart de son temps sous les projecteurs littéralement dans son sommeil, est devenu tellement aimé par les fans qu’en réponse à sa popularité, un épisode de Rengoku uniquement animé a été créé. Le flashback de rêve de Rengoku a donné un aperçu de ce qui animait Flame Hashira, et il avait besoin de passer du temps à interagir avec Tanjiro et les autres avant le début de toute bataille afin qu’un lien entre les personnages puisse se former. The Demon Slayer a incité le public à se soucier de Rengoku pour qui il est, et pas seulement à se fier à la fraîcheur de son Flame Breath.

Pour une prémisse aussi sombre, The Demon Slayer est également étonnamment drôle. L’humour est un excellent outil pour comprendre un personnage, même s’il n’est pas drôle. Les rires et les blagues humanisent un personnage tout autant, sinon mieux, qu’un passé traumatique ou un vieux rêve. Si le public se soucie du personnage, il se souciera de ce qui lui arrive, quelle que soit l’histoire. Si le public est plus investi dans l’histoire, les personnages deviennent moins précieux et tout ce qui leur arrive perd une grande partie de son impact prévu. La lame qui tue les démons fait un si bon travail pour attirer le public dans ses personnages si rapidement que cela n’a presque pas d’importance si la série est relativement simple.